février 27, 2021

Finn, le chiot des Sharks, part pour sa prochaine aventure d’entraînement

Par admin2020


Pendant près de deux ans, les partisans des Sharks de San Jose se sont fait voler le cœur par Finn, l’adorable Labrador jaune que l’équipe de la LNH a parrainé pour s’entraîner avec Compagnons canins pour l’indépendance. Maintenant, l’équipe Teal aura probablement le cœur brisé par son départ. Premièrement, nous perdons Pavelski et Jumbo, et maintenant Finn? C’est un triste jour au SAP Center, c’est sûr.

Le chiot quitte San Jose pour son prochain niveau d’entraînement cette année au centre d’entraînement du Nord-Ouest de Canine Companions à Santa Rosa, où il apprendra à ramasser des objets, à ouvrir et fermer les portes et à développer d’autres compétences nécessaires pour être un chien d’assistance. Nul doute que sa noble vocation rendra son départ plus facile à accepter. Ce n’est pas comme s’il avait simplement opté pour un meilleur contrat avec les Anaheim Ducks ou quelque chose comme ça.

Pourtant, il va falloir du temps pour se remettre. Avant la pandémie, Finn a fait des apparitions aux jeux Sharks et à des événements comme Sharks FanFest. Des vidéos et des photos de lui ont été postées dans les vestiaires, jouant avec son copain Marc-Edouard Vlasic, rencontrant des fans ou se pavanant dans le hall du SAP Center. Sans réelle opportunité de lui dire adieu lors d’un match en ce moment, les fans ont souhaité bonne chance au chien sur les réseaux sociaux, et même SJ Sharkie – qui peut maintenant se rétablir fermement en tant que mascotte la plus adorable de l’équipe – l’a félicité de l’avoir fait. le niveau suivant.

Sur Le compte Twitter officiel de Finn lundi, le chiot a «posté» qu’il «a eu le meilleur temps en étant le chiot de hockey des Sharks» et se considérait comme le «chiot le plus chanceux de tous les temps à avoir rencontré tous mes joueurs de hockey». Nous aurons toujours Twitter, Finn.

CÉLÉBRER L’HISTOIRE DES NOIRS: Cette semaine, History San Jose organise une projection en ligne du documentaire «A Place at the Table: Black Pioneers of Silicon Valley», qui montre comment les chefs d’entreprise et les universités et universités historiquement noires ont préparé cette communauté à devenir des leaders de la technologie à une époque où les brevets et les droits de propriété intellectuelle ne protégeaient pas leur travail.

La projection jeudi sera suivie d’une séance de questions-réponses avec la cinéaste Kathy Cotton, qui a travaillé dans plusieurs startups de la Silicon Valley avant d’atterrir chez Hewlett Packard. Elle a quitté HP pour créer une société de conseil et a développé ses compétences en vidéographie à la Digital Media Academy de Stanford. Elle a passé deux ans à réaliser «A Place at the Table», qui a été projeté en 2019 au eh San Francisco Black Film Festival. Les billets pour l’événement de 18 h sont disponibles pour 7 $ à historysanjose.org, mais les membres de History San Jose et African American Heritage House peuvent s’inscrire gratuitement.

Pendant ce temps, le musée d’histoire de Los Altos accueillera cette semaine un événement en ligne pour le Mois de l’histoire des Noirs, avec l’historien Jan Batiste Adkins partageant certaines des histoires de son livre, «Les Afro-Américains de San Jose et du comté de Santa Clara», dans une conférence Zoom mercredi. . Cette histoire remonte à loin, note Adkins, à commencer par les personnes d’origine africaine qui sont arrivées avec les Espagnols en 1777 pour créer ce qui était alors connu sous le nom d’El Pueblo de San José de Guadalupe. Dans son discours, Adkins – un membre auxiliaire du corps professoral du San Jose City College – couvrira la création d’écoles noires et la façon dont elles ont été déségrégées, l’importance des églises noires et à quoi ressemblait le mouvement abolitionniste à San Jose.

Le programme de 17 h est gratuit et vous pouvez vous inscrire au losaltoshistory.org/HistoryofAfricanAmericansinSCC.

BIEN DÉCLARÉ: Le mot à la mode à la conférence sur l’état de la vallée de cette année est «bifurqué». Comme dans le large fossé qui existe entre les riches et les pauvres, les Blancs et les non-Blancs, et comment l’économie technologique et les prix des logements se sont comportés pendant la pandémie (bon) par rapport à d’autres parties de l’économie de la région de la Baie (mauvais) – tous les sujets que le PDG de Joint Venture Silicon Valley, Russell Hancock, a adressé lors de son discours d’ouverture mardi lors de la 17e réunion annuelle de la «mairie» de la région.

«Bifurqué», il pourrait également faire référence à la conférence elle-même, qui se tient en ligne cette année et qui a été scindée en deux jours. Le format permet à beaucoup plus de gens de plus loin de faire partie du public, a noté Hancock, mais il présente également d’autres avantages. «Je dois juste vous dire que c’est la première fois que je donne un briefing sur l’état de la vallée dans mes chaussettes», a déclaré Hancock, qui a peut-être pris le surnom de «Shoeless».

La conférence se termine mercredi après-midi, à partir de 13 heures, avec des sessions sur notre réponse au COVID-19 avec le Dr Sara Cody, le chemin de la vallée vers la reprise économique avec le maire de San Jose, Sam Liccardo et la PDG de la Silicon Valley Community Foundation, Nicole Taylor, et un discours liminaire. par l’ancien secrétaire américain au logement et au développement urbain Julian Castro. Vous pouvez toujours vous inscrire pour le jour 2 à www.jointventure.org.